budget-Christian-Eckert

Mise à mal de la pause fiscale envisagée par le gouvernement

Le gouvernement a annoncé une pause fiscale afin de permettre aux Français d’être moins mis à contribution dans le paiement des impôts. Il n’est malheureusement pas certain que cela soit possible avec Christian Eckert désormais aux commandes du Budget. L’ex-rapporteur général du budget à l’Assemblée Nationale a, en effet, plusieurs fois fait parler de lui en faisant des propositions qui ne visent qu’à faire payer davantage d’impôts. L’amendement des projets de loi de finances qu’il a proposé dernièrement est par exemple loin de faire les affaires du contribuable. Et depuis sa nomination, il a déjà fait connaître ses intentions de faire changer certaines choses afin que l’épargnant mette davantage la main à la poche.

Remise en cause de l’assurance vie jugée trop favorable

Christian Eckert estime que l’assurance-vie est trop favorable et souhaite réduire l’abattement de 4 600  euros et de 9 200 euros sur les revenus obtenus après 8 ans de détention. Aussi, il compte lutter pour un abaissement de l’abattement pour la taxation de 20 % relative aux successions, de 152 500 euros à 100 000 euros. Christian Eckert veut aussi supprimer les abattements pour les redevables de l’ISF et a déjà obtenu l’accroissement du taux de l’imposition concernant la transmission des gros contrats.

 

Christian Eckert très opposé au PEA

Le secrétaire d’État au Budget est contre le PEA et avait suggéré en décembre dernier que l’exonération des plus values de cette enveloppe fiscale soit remise en cause à travers un mécanisme de plafonnement. Ce qui revient à dire qu’avec Christian Eckert, plus le PEA sera bien géré, plus son détenteur aura à supporter d’impôts.

 

La CSG menacée et une possible taxation à l’ISF pour les œuvres d’art

La Contribution sociale généralisée (CSG) pourrait disparaître si les choses se déroulent comme l’entend Christian Eckert. En lieu et place de celle-ci, un astucieux moyen pour une double imposition est défendu par le député. Et puis, il souhaite, depuis plusieurs années, une taxation à l’ISF des œuvres d’art, une proposition qui pourrait mettre à mal le marché de l’art en France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *